Contexte et enjeux | Biogaz Vallée ®

Contexte et enjeux

En dépit d'atouts remarquables tels qu'un monde agricole impliqué, la présence de nombreux bureaux d'études et d'assembliers ainsi qu'une recherche amont d'excellence, la filière française de la méthanisation souffre, à la différence de l'Allemagne, d'un retard manifeste en termes de déploiement et d’un manque d'offre industrielle nationale.

C'est pourquoi la Biogaz Vallée®, sous sa forme associative, a décidé de créer une structure d’animation, complétée par un laboratoire analytique et un démonstrateur industriel, le tout au service des professionnels qui souhaitent développer leur activité.

Context et enjeux
Cadre de soutien public à la filière

Ce développement s’inscrit dans l’objectif du Grenelle de l’Environnement de 23% d’énergie renouvelable en 2020 et, de surcroît, dans le nouveau cadre de soutien public à la filière. En particulier :

  • Des opportunités de revenu accrues depuis la revalorisation des tarifs d’achat de l’électricité produite à partir de biogaz, intervenue en mai 2011;
  • De nouveaux débouchés énergétiques avec l’autorisation d’injecter, dans les réseaux de gaz naturel, le biogaz issu de la méthanisation, comme annoncé en octobre 2011 ;
  • De nouveaux marchés à l’horizon 2012 et 2016, avec l’obligation de tri et de valorisation des biodéchets étendue progressivement aux producteurs de déchets fermentescibles.

Dans ce contexte, Eric BESSON déclarait le 21 mai 2011 que le « nouveau dispositif de soutien public à la méthanisation est une opportunité à saisir pour constituer une filière française intégrée, porteuse de valeur ajoutée et créatrice d’emplois industriels qualifiés ». C’est là précisément tout l’enjeu de la Biogaz Vallée®.

Des enjeux environnementaux

La méthanisation revêt un fort intérêt environnemental car cette filière répond à des enjeux majeurs :

  • de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre, par la valorisation du méthane (gaz dont le pouvoir de réchauffement climatique est, à volume égale, 21 fois supérieur au CO2)
  • de lutte contre les pollutions organiques, par le traitement écologique des résidus organiques issus des activités locales, en particulier agricoles, industrielles et urbaines ;
  • d’indépendance et de transition énergétiques, par la production locale d’énergies renouvelables substituables aux énergies fossiles ;
  • de réduction du recours aux engrais minéraux chimiques, par le retour au sol de la fraction organique fertilisante.
Des enjeux économiques

D’un point de vue économique, la méthanisation est source d’activités et d’emplois non délocalisables. Pour la conception et construction, le transport, le fonctionnement et la maintenance des sites, on estime ainsi à 1 emploi direct créé par tranche de 300 kWél. (source Club Biogaz et ARENE Île-de-France, mars 2012). Sont également favorisées la pérennité et la compétitivité du tissu économique local, par la diversification des revenus agricoles et la réduction des coûts liés à la facture énergétique et au traitement des déchets, notamment pour les industriels ou les collectivités territoriales.

Des enjeux sociaux

Enfin, d’un point de vue social, la filière contribue à lutter contre la désertification agricole et industrielle et permet de promouvoir les usages innovants dans une logique de développement durable, les sites de méthanisation constituant autant de plateformes d’échanges, d’informations et de formations, auprès des professionnels, des riverains et du grand public.

Des enjeux de filière

Si le marché européen du biogaz est actuellement concentré autour de la Suède et de l'Allemagne, c’est en France que se trouve l'un des marchés les plus prometteurs, avec un potentiel encore largement sous-exploité.

Depuis que les tarifs de l’électricité produite à partir de biogaz ont été réévalués en 2006 puis en 2011, la filière connaît un dynamisme remarquable, avivé par le nouveau cadre de soutien public. Son développement se heurte néanmoins aujourd’hui à plusieurs écueils :

  • Des conditions industrielles, techniques et économiques qui impactent la rentabilité des projets et rendent l’équilibre des projets de moindre taille particulièrement tributaire des subventions :
    • Des coûts de construction 1,6 à 2,3 fois plus élevés en France qu'en Allemagne (source Xerfi 2012), différence qui peut s’expliquer par la maturité moindre de la filière par rapport à nos voisins outre-Rhin et par le déficit d'équipementiers français ;
    • Des démarches administratives longues et complexes, qui augmentent le temps et les coûts de développement des projets ;
    • Des performances, et donc des revenus, variables selon la qualité et la saisonnalité des intrants ;
    • Des conditions tarifaires françaises moins attractives que celles de nos voisins européens, favorisant la fuite des matières les plus méthanogènes à l’étranger.
  • Une difficulté d’accès aux financements, qui pénalise le bouclage des projets :
    • Des subsides publics tendant à s’amenuiser dans un contexte économique dégradé ;
    • Des banques et des investisseurs imposant des garanties difficiles à satisfaire.
  • Des soucis d’acceptabilité qui freinent le déroulement des projets :
    • Méconnue ou mal connue du grand public, la méthanisation souffre d’un déficit d’image qui fait le lit des inquiétudes et des amalgames en tous genres ;
    • Les acteurs manquent d’outils, de méthodes et de retours d’expérience pour anticiper et répondre de façon adéquate aux questions et réactions des opposants.

En agissant sur les bonnes pratiques en matière d’acceptabilité, sur l’accès aux financements et sur les facteurs industriels, techniques et économiques, la Biogaz Vallée® s’attache à développer une filière porteuse de valeur ajoutée et créatrice d’emplois industriels qualifiés.